Projet pour la rentrée à l’Ecole Forestière

Le contexte actuel de changement climatique – avec hausse des températures et baisse des précipitations – a un impact sur les résineux, notamment le sapin de Vancouver et l’épicéa commun.

Depuis plusieurs années, des scientifiques étudient l’évolution de l’état sanitaire des forêts à partir de séries temporelles d’images satellites. En effet, les indices calculés à partir images prises dans les infrarouges permettent de distinguer la vitalité des végétaux en fonction de leur niveau de photosynthèse et ainsi, de visualiser l’état sanitaire d’un peuplement forestier à un instant T.

Comparaison d’indice de végétation 2016-2019 à partir d’images SENTINEL. En rouge état avec évolution négative, en jaune pas d’évolution, en vert évolution positive.

Véronique CHERET, enseignante chercheuse à l’INP Toulouse-Ecole d’ingénieurs de Purpan (UMR 1201 Dynafor INRA / INPT) a notamment travaillé sur l’évaluation des baisse de vitalité des peuplements pyrénéens et sur les problèmes sanitaires de la châtaigneraie en Périgord Limousin.

Michel DEPLAGNE et Sylvie PONS, enseignants de l’Ecole Forestière, souhaitent intégrer ces techniques numériques dans leur enseignement. Ils œuvrent à la création d’un nouveau MIL (Module d’Initative Locale, enseignement particulier à chaque établissement) à destination des étudiants en 2ème année de BTS Gestion Forestière pour la rentrée 2020. Ce module s’intitulera « Numérique en forêt ». L’objectif sera de créer un outil pédagogique permettant d’étudier l’évolution de l’état sanitaire des forêts, constater et analyser les dépérissements ou la résilience des zones forestières afin de prévoir les évolutions de peuplement et limiter les pertes en faisant des préconisations de gestion forestière.

Les élèves utiliseront les images réalisées par les satellites SENTINEL de 2016 à 2020, prises début juillet, moment où la photosynthèse est à son apogée, donc quand les anomalies seront les plus visibles. La relation image / terrain se réalisera lors de sortie dans les peuplements identifiés. La zone de travail correspond au Nord Ouest du département de la Corrèze.

De plus, les étudiants de l’Ecole Forestière de Meymac bénéficieront de données climatiques spatialisées, des cartes mises à leur disposition par AgroParisTech afin de pouvoir étudier, dans un second temps, les liens entre évolution climatique et évolution sanitaire des peuplements.  Ce projet intéresse les correspondants du Département Santé Forêt qui sont chargés de faire remonter leurs observations sur l’état du massif forestier corrézien au niveau national.

Une convention de partenariat est en cours d’écriture pour finaliser ce projet entre l’EPL de Haute-Corrèze – Ecole Forestière de Meymac, l’Ecole d’ingénieur de Purpan qui apporte son expertise et un appui technique, la Chambre d’Agriculture et le PNR Millevaches, intéressés par ce projet. AgroParisTech (UMR Sylva) a mis à disposition d’une manière informelle les données climatiques.